Sélection Officielle courts métrages français hors compétition.

Fake, de Lou-Brice Léonard.

Synopsis :

Une photographe rejette un faux sourire de son modèle. Mais la jeune fille s’y accroche quant à sa véritable identité. La tension monte, et en secret, une expérience initiatique commence… Un film 94% positif au test de Bechdel.

 

 

 

 

 

 

Les saisons sauvages, de Nathalie Giraud.

Synopsis :

L’hiver. Comme chaque année, Billie et Elisa passent les vacances dans la maison familiale en Corse. Les deux sœurs retrouvent leur terrain de jeu et leurs habitudes. Mais les ados ont grandi, ainsi que leurs envies.

 

 

 

 

 

 

Fatale Orientale, de Holy Fatma.

Synopsis :

Dalia (25 ans), une ancienne starlette de la télé-réalité française, est au plus bas. Déprimée et en surpoids, elle essaie de renouer avec sa mère dont elle est séparée, qui refuse toujours de lui parler à cause de son passé miteux dans les tabloïds. Profondément blessée, Dalia accepte de faire partie d’une nouvelle émission télévisée réservée par Coco, son agent, à la seule condition qu’elle perde du poids. Mais alors que Coco s’efforce de faire d’elle l’informatique qu’elle était autrefois, les origines algériennes refoulées de Dalia refont surface dans les cauchemars et les hallucinations.

 

 

 

 

Ainsi commença le déclin d’Antoine, de Paul Rigoux.

Synopsis :

Antoine — loup solitaire nerveux — passe ses journées dans un café de la place Clichy à regarder les gens. Chaque jour, il voit une femme qu’il appelle Albertine sortir du métro et aller au cinéma.

 

 

 

 

 

 

Pour un zeste d’amour, de Hadrien Krasker & Mathieu Bouckenhove.

Synopsis :

Pour séduire Alizée qu’il vient de rencontrer, Sébastien se met en tête de cuisiner le plat parfait. Pas juste bon : par-fait. Et pour cela, il lui faut un citron vert. Sa recherche de l’agrume idéal va l’obséder jusqu’à le rendre insupportable vis-à-vis de son meilleur pote Manu, et des potes de son pote, mais ça, c’est moins grave. Et si un simple citron vert pouvait lui apprendre à lâcher prise ?