Sélection Officielle courts métrages espagnols hors compétition.

La Casa de Coto, de Guillermo Alcalá Santaella.

Synopsis :

Coto (35 ans) retourne dans la maison où il a passé ses étés d’enfance. Un voyage dans le passé à travers l’espace qui l’a vu grandir et les retrouvailles avec ses plus proches parents.

 

 

 

 

 

 

Colada, de Ibon Hernando.

Synopsis :

María aime beaucoup sa voisine Susana. Il veut la conquérir, mais il ne la rencontre que sur le palier, où ils s’occupent du linge.

 

 

 

 

 

 

Emilia, de Cristina Guillen.

Synopsis :

Emilia et sa petite-fille Silvia ont un lien très spécial. Cette relation sera tronquée avec l’apparition des premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer.

 

 

 

 

 

 

Fase 5, de Carles Valdés.

Synopsis :

Anna se bat pour commencer une nouvelle vie après une expérience traumatisante. Pris au piège entre la solitude et les souvenirs de temps plus heureux, elle essaie de traverser les phases d’un processus difficile et peu connu où même les mots les plus gentils peuvent ressembler à un couteau.

 

 

 

 

 

Acto Reflejo, de Alfonso Díaz.

Synopsis :

Conchi devient accidentellement le centre d’attention à cause de son comportement étrange. Ses actions sont un reflet de ce qui se passait.

 

 

 

 

 

 

Caníbales, de Mikel Bustamante.

Synopsis :

Ils sont arrivés jusqu’ici et maintenant ils devront faire face à la dernière épreuve.

 

 

 

 

 

 

A Knowing of Loss, de Marc Puig Biel.

Synopsis :

Pour un adolescent comme Max, l’été est encore cette période de l’année où les soucis s’évanouissent et il ne reste plus qu’à profiter des vacances et du temps libre. Mais la vie ne comprend pas cela, et Max verra son été écourter lorsqu’il se rendra compte que ce qu’il a toujours idolâtré n’est peut-être pas vraiment la façon dont il l’a conçu. Ensuite, il devra assimiler ce que signifie voir ses références craquer.