Jury Sélection officielle compétition de courts métrages espagnols et français

Anne Consigny, comédienne et réalisatrice.

Anne Consigny a très tôt envie de devenir comédienne. A seulement 9 ans, elle monte sur les planches dans le Soulier de satin montée par Jean-Louis Barrault. A 17ans elle sort avec un premier prix du conservatoire national d’art dramatique et est engagée par Peter Brook pour jouer La cerisaie de Tchekov avec Michel Piccoli, Niels Arestrup et Catherine Frot. Elle intègre la Comédie-Française l’année de sa majorité. Elle retrouve Claudel à l’écran en 1984 pour Le Soulier de satin, adapté cette fois par Manoel de Oliveira. Après cette belle expérience l’actrice consacre alors entièrement sa carrière au théâtre.
Anne Consigny retrouve les plateaux de cinéma au début des années 2000. Dirigée par Arnaud Desplechin dans Léo en jouant dans la compagnie des hommes (2003), elle campe l’épouse d’un Depardieu dans le film policier d’Olivier Marchal, 36 quai des orfèvres. Elle joue à nouveau les femmes tourmentées d’ Yvan Attal kidnappé dans Rapt de Lucas Belvaux (2010) ou celle d’un Simon Abkarian criminel dans la série Les Beaux mecs (2011)

En 2004, le succès de Je ne suis pas là pour être aimé de Stéphane Brizé consolide sa réputation:
partenaire de tango de Patrick Chesnais, elle est nominée au César de Meilleure actrice. Elle est ensuite l’épouse de Benoît Poelvoorde dans la comédie Du jour au lendemain de Philippe Leguay (2006). Présidente de la République pour le petit écran dans la série L’Etat de Grace de Pascal Chaumeil (2006), elle assiste l’année suivante un Mathieu Amalric paralysé dans le très primé Le Scaphandre et le Papillon de Julian Schnabel(2007) Elle incarne l’assassin dans Le Grand alibi de Pascal Bonitzer(2008) En lui confiant le rôle d’Elizabeth, la soeur de Mathieu Amalrich, Arnaud Desplechin place l’actrice au coeur du règlement de comptes familial d’Un conte de Noël(2008). Si Anne Consigny aime travailler avec les grands auteurs comme Alain Resnais dans Les Herbes folles (2009) et Vous n’avez encore rien vu, (2012), elle ne dédaigne pas pour autant le cinéma grand public, des grosses productions (Largo Winch, 2008) aux comédies populaires La Première étoile en 2009 et La Deuxième Etoile 2017. En 2012 et 2015, elle est une des interprêtes principales de la série Les revenants qui obtient International Emmy Awards de la meilleure série dramatique en 2013. En 2016, on la retrouve dans le dernier film de Paul Verhoeven , Elle, où Anne Consigny interprète la meilleure amie d’Isabelle Huppert. Elle est nominée au César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Elle en 2017.

Après l’italien Michele Placido qui l’invite pour son film 7minuti, Anne continue toujours ce qu’elle préfère aller et venir entre cinéma dit d’art et d’essai et le cinéma dit populaire. Julian Schnabel l’invite à participer à « At Eternity’s Gate » et Gilles Blanchard à « D’Une Folie L’Autre » deux essais passionnant sur la création, et elle s’engagera avec joie sur la comédie produite par Pierre Kubel ; Abdelkader et la Comtesse. Pour la télévision, Thomas Lilti l’a choisie pour interpréter sa chef de service de réanimation dans la Série Hippocrate saison 1 et 2 (2017/2020), en parallèle elle joue à la Comédie des Champs-Elysées à Paris la dernière pièce de Florian Zeller Le Fils mis en scène par Ladislas Chollat. En 2018 elle tourne enfin le chef d’oeuvre de Rodrigo Sorogoyen, Madre. En 2019 elle part à Londres pour tourner en anglais Trigonometry série en 8 épisodes de Athina Tsangari et Stella Corradi et son documentaire Je prends ta peine sort à l’automne de cette même année. Enfin l’année 2020 est celle de la saison 2 de Hippocrate de Thomas Lilti pour Canal plus, une participation à Gloria, série de 6 épisode pour TF1 et le rôle principal féminin de Permis de Construire une comédie de et avec Eric Fraticelli et Didier Bourdon. En 2021 elle créera un spectacle « seule en scène » intitulé « A quoi je joue ? et pourquoi je joue ? » en 2 parties ; une lecture-sue d’extraits de Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras suivie d’une conversation avec le public, et projection de son documentaire Je prends ta peine.

photographe : © Carole BELLAICHE

David Bertrand, Directeur de Casting.

C’est à l’occasion du tournage d’A l’Origine de Xavier Giannoli, que David Bertrand donne ses premiers essais, en région Nord. Il intervient ensuite comme directeur de casting pour Nicolas Boukhrief, Eric Besnard, Vincent Garenq, Mathieu Kassovitz, Michel Ocelot et Roschdy Zem.

Il collabore désormais régulièrement sur les productions de Louis-Julien Petit, Grand Corps Malade et Mehdi Idir, David et Stéphane Foenkinos et plus récemment, François Ozon et Albert Dupontel

Sortiront en 2020/21 les prochains films d’Albert Dupontel (Adieu les cons), Eric Besnard (Délicieux), David et Stéphane Foenkinos (Les Fantasmes), François Ozon (Tout s’est bien passé) et Louis-Julien Petit (La Brigade), ainsi que les deuxièmes saisons de Mortel (Netflix) et Validé (Canal +).

Membre de l’Arda, l’Association Française des Directeurs de Casting, depuis 2010, il est membre du collectif 50/50 qui milite en faveur de plus d’égalité Hommes/Femmes et de diversité dans le cinéma et l’audiovisuel français.

Carlos Loureda, Rédacteur du magazine Fotogramas.

Carlos Loureda (Bilbao, Espagne 1967) est diplômé en droit de l’Université de Deusto et d’un Master en économie et affaires de l’Université Pompeu Fabra de Barcelone. Jusqu’à la fin des années 90, il a exercé sa profession à Barcelone et à Bilbao.

Au tournant du siècle, il s’installe en France, étudie l’art cinématographique et théâtral à Bordeaux, entamant ainsi une nouvelle carrière professionnelle, centrée sur la diffusion culturelle de l’espagnol à l’étranger. Il joue comme acteur dans plusieurs pièces mises en scène par Jean Pierre Nercam et est également en charge de la mise en scène de la production théâtrale ‘Jardin suspendu’.

Créateur, depuis 2010, du blog en espagnol ‘Cine Invisible’, dédié au cinéma d’auteur et du film indépendant. Depuis sa création, le blog est publié sur le site de Fotogramas (un magazine mensuel de cinéma espagnol et l’un des plus anciens au monde, étant donné qu’il approche du 75e anniversaire de sa publication). Il continue de publier dans Fotogramas et assure la couverture de plusieurs festivals pour le magazine (dont le Festival international de Saint-Sébastien).

Programmeur depuis 2015 à Zinegoak, Festival International du Cinéma et des Arts du Spectacle LGBTI de Bilbao, qui dépasse les 10000 spectateurs à chaque édition, et réalise des extensions de sa programmation dans plus de 70 villes du Pays Basque et de Navarre.

Et membre, en Espagne, de l’AICE (Association des Informateurs Cinématographiques Espagnols), qui décerne les Prix Feroz de la Critique aux meilleures productions de l’année, les Blogos de Oro, et en France, l’Académie des Lumières et ses Prix Lumières, qui a célébré cette année sa 25e édition.